Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

Les États membres du FIDA réaffirment leur volonté de lutter contre la faim

E-mail Print PDF

Kigali: Face à une recrudescence de la faim due aux conflits et aux changements climatiques, les 176 États membres du Fonds international de développement agricole (FIDA) ont annoncé aujourd'hui un objectif de mobilisation de contributions qui permettra de financer un programme de prêts et dons d’un montant de 3,5 milliards d’USD et fera ainsi reculer la pauvreté et la faim pour des dizaines de millions de ruraux vivant dans les pays en développement à travers le monde.

L’objectif, annoncé lors de la dernière session de la Consultation sur la Onzième reconstitution des ressources du Fonds, permettra au FIDA d’élargir son programme de prêts et dons de 10 pour cent et d’intensifier et d’améliorer ses opérations sur la période triennale 2019-2021.

Pendant ces trois ans, le FIDA estime que ses projets et programmes aideront 47 millions de petits exploitants agricoles à accroître leur production grâce à un meilleur accès aux technologies, aux services financiers et aux connaissances et qu’ils faciliteront l’intégration de 46 millions de ces agriculteurs dans les marchés. De plus, 24 millions de personnes seront plus résilientes face aux effets des changements climatiques et des phénomènes climatiques extrêmes, 12 millions auront une meilleure nutrition et 44 millions verront leur situation économique s’améliorer.

"Pour atteindre ces objectifs, le FIDA intensifiera ses activités concernant les changements climatiques, la nutrition et l’égalité hommes-femmes – des domaines clés qui seront intégrés dans l’ensemble de notre portefeuille," a déclaré le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo. "En outre, nous ciblerons plus particulièrement l’emploi des jeunes afin de contribuer à relever l’un des défis les plus pressants auxquels le monde d’aujourd’hui soit confronté".

M. Houngbo a fait valoir que les États membres renouvelaient leur engagement à un moment crucial. En septembre dernier, les dernières estimations ont montré une recrudescence de la faim pour la première fois depuis dix ans. En 2016, 815 millions de personnes ont souffert de la faim, soit 38 millions de plus qu’en 2015 du fait des changements climatiques et de situations de conflits qui se prolongent.

À l’heure où les dirigeants du monde ont pour objectif d’éradiquer la faim et la pauvreté d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD), M. Houngbo a souligné qu’il n’a jamais été aussi important de redoubler d’efforts et d’investir dans le développement à long terme.

"Nous sommes convaincus que le FIDA a un rôle unique à jouer, non seulement comme bailleur de fonds mais aussi comme intermédiaire fiable, rassembleur de financements au service du développement et agent reconnu de l’innovation mettant à disposition ses savoirs et ses experts," a-t-il ajouté.

M. Houngbo a précisé que les contributions des États membres au titre de l’aide publique au développement constituaient toujours l’assise financière de l’institution et que pour chaque dollar investi le FIDA mobilisera des sommes beaucoup plus importantes à travers des co-financements, générant ainsi un impact plus grand. Cependant, il a ajouté que le rythme actuel du développement est trop lent pour atteindre les ODD. En conséquence, le FIDA lancera un plan ambitieux afin d’amplifier encore plus son impact. Ainsi, le FIDA va explorer de nouvelles façons d'optimiser ses ressources tout en cherchant à mobiliser des financements nationaux et de nouvelles sources de financement, notamment auprès du secteur privé.

Au niveau mondial, les trois quarts des personnes les plus touchées par la pauvreté et par la faim vivent en zone rurale.

Quatre-vingt-dix pour cent des contributions des États membres du FIDA seront alloués à des pays à faible revenu et à des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et 25 à 30 pour cent seront investis dans des situations de fragilité.

Le FIDA est la seule organisation des Nations Unies et institution financière internationale qui se consacre exclusivement à l’investissement dans les zones rurales et qui mise sur le potentiel des petits exploitants agricoles et des autres habitants des zones rurales pour contribuer au développement durable. En travaillant aux côtés des États, de la société civile, du secteur privé et d’autres partenaires, le FIDA encourage les investissements qui contribuent à la transformation économique et sociale du monde rural. Une fois tous les trois ans, les États membres reconstituent les ressources que le Fonds redistribue aux pays en développement sous la forme de prêts consentis à des conditions favorables ou sous la forme de dons. De 2010 à 2015, le FIDA a aidé 24 millions de personnes à sortir de la pauvreté dans le cadre de ses projets.

Signe du soutien solide de ses États membres, le FIDA peut se prévaloir par rapport aux autres institutions financières internationales de la plus forte participation aux reconstitutions de ses ressources. Ainsi, plus de 100 États membres issus de toutes les régions, et appartenant à toutes les catégories de revenu, fournissent des contributions et se partagent le financement des opérations.

Depuis sa création en 1977, le FIDA a reçu environ 8,5 milliards d’USD au titre des contributions de ses États membres. Ils ont permis de financer des investissements d’un montant de 19,7 milliards d’USD et de mobiliser un montant supplémentaire de 27,1 milliards d’USD auprès de partenaires nationaux et internationaux. (Fin)

 

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner