Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

Est-il temps de garder l’argent du tourisme au Rwanda ?

E-mail Print PDF

GLH 534 : Il ya dix ans, le Rwanda a obtenu 50 millions de dollars provenant du tourisme, mais ce montant a plafonné au delà de $ 200 millions l'an dernier. La tendance inquiétante est toutefois que ce sont les étrangers qui dominent le secteur de l'accueil - la force motrice du tourisme. Maintenant, comme le rapporte l’ARI, le combat contre cette situation inquiétante part delà où l’on s’y attendait le moins.

Très assidues, les étudiantes à "Akilah Institute for Women" seront sur le marché d'emploi rwandais dans un avenir proche (Photo : Margaret Cappa)

«Avant de commencer les leçons, je voudrais faire une petite activité", a déclaré Irène Kagoya, une responsable éthique et instructeur éthique à Akilah Institute for Women à  Kigali, au Rwanda.

"Avez-vous vu tous déjà vu les pages couvertures des magazines avant?"
«Oui, dit sa classe d'environ 20 jeunes femmes, toutes des étudiantes pour être responsables en matière d’accueil à cette école post-secondaire dédié à l'autonomisation des femmes et de la formation au travail dans l'industrie du tourisme.

«Je veux que vous imaginiez un magazine publié au Rwanda et que vous êtes sur la page de couverture, représentez-vous (un dessin) et trouvez un titre », a expliqué Irène.
« Imaginez que vous êtes sur la couverture et ce que vous avez fait pour mériter cette reconnaissance. Ce n'est pas facile pour quelqu'un de paraître sur une [page] de couverture, vous le savez, vous devez le mériter. La classe est restée silencieuse.

« Je ne comprends pas, murmura une femme ».

Des grognements marquant l'accord des autres ont suivi cette confession innocente. L'idée d'avoir un tel rêve pour ces femmes, qui souhaitent poser sur la couverture d'un magazine, est un nouveau concept pour la majorité d’entre elles. La plupart vivent en dessous du seuil de pauvreté, sont les survivants du génocide et personne ne leur a jamais apprises à croire qu'elles pourraient avoir une carrière prospère et un emploi bien rémunéré.

« Bon », tente d’être plus explicite Irène, cette semaine nous nous concentrons sur l'élaboration d'une vision de nous-mêmes, alors, pourquoi ne tentons-nous pas cet exercice : « comment vous voyez-vous dans dix ans?"

La classe est restée une fois de plus le silence, mais, cette fois on pouvait presque entendre les esprits ronronner. Des sourires de compréhension ont commencé à inonder la salle, et avec des crayons en main, les femmes ont commencé à dessiner leur propre avenir.

Obligés d'embaucher des Ougandais, les Kenyans ou les Sud-Africains

Depuis le génocide de 1994 contre les Tutsis, où une grande partie de toute une génération de professionnels et travailleurs qualifiés a été anéantie, le Rwanda a travaillé sans relâche à se reconstituer. La croissance est notable et internationalement reconnue. Plusieurs forces ont contribué à la transformation du pays, mais c'est l'industrie du tourisme qui devient le secteur privilégié de l’économie du Rwanda. Bien qu’il y ait une importante croissance dans le tourisme, cependant une lacune importante du nombre de Rwandais qualifiés qui peuvent récolter les bénéfices est signalée.

« La plupart des hôtels ont d'embauché les Ougandais, les Kenyans ou les Sud-Africains car il n'y a pas assez de travailleurs qualifiés rwandais dans l'industrie hôtelière», a déclaré Elizabeth Davis, co-fondateur et PDG de l'Institut Akilah pour les femmes qui forme les femmes dans le leadership et l'hospitalité.

Les sections locales devraient bénéficier de la croissance dans le tourisme, dit-elle, et l'emploi d'accueil est non seulement rentable, il est durable aussi.

«Le gouvernement a ces grands objectifs de passer d'une société agricole à une société où basée sur l’économie des services, dit-elle. "Mais le Rwanda a besoin de personnes avec des compétences réelles ». 

Services de mauvaise qualité

L'écart entre le capital humain rwandais et le nombre de travailleurs nécessaires pour occuper des emplois dans le secteur du tourisme est vaste. En 2009, le ministère de la Fonction Publique et du Travail a mené une étude d’évaluation. Le rapport sorti après cette étude a etabli un ecart de 69.4 pour cent entre la demande et les travailleurs qualifiés dans l'industrie hôtelière.

Le problème réside dans le fait que la formation de nombreux Rwandais, en particulier ceux qui vivent dans les régions pauvres et dans les conditions rurales, n'ont pas accès aux compétences professionnelles dispensées à  l'école secondaire. Elle (l’école) est tout simplement trop chère et les bourses ne sont pas faciles à trouver.

« La gravité de la pénurie, en particulier au niveau professionnel et de surveillance, ne laisee aucun doute sur la qualité des services offerts», a déclaré le rapport.

Classé par l’Agence Rwandaise de Développement (Rwanda Development Board : RDB, en sigle, en anglais) comme l'industrie qui croit le plus rapidement dans le pays, les recettes provenant du tourisme ont continué à augmenter depuis 1994. L'industrie a généré un revenu de 60 millions de dollars USD en 2000, et en 2008, les recettes touristiques du Rwanda ont dépassé 200 millions de dollars.

Preuve de cette expansion du tourisme : les grandes chaînes d'hôtelières internationales se bousculent et annoncent l’intention de s’établir au Rwanda dans les prochaines années, y compris Marriott Hotels. Et avec cela, vient l'espoir que les Rwandais seront en mesure de combler les emplois.

« Kigali est un endroit superbe pour notre premier hôtel en Afrique de l'Est», a déclaré Jeff Strachan, vice-président des ventes et du marketing pour les Hôtels Marriott au Moyen-Orient et responsable de la division Afrique.

« L'attitude est favorable à l'investissement et toute la stratégie est axée autour de la conduite du nombre de touristes, d’où l’idee de mettre un hôtel international dans la ville [de Kigali] prend tout son sens ».

L’hôtel Marriott veut juste des Rwandais

« L'écart entre les travailleurs qualifiés en accueil n'est pas passé inaperçu pour Marriott bien », dit-il.

« Dans d'autres villes nous serions normalement en mesure de puiser dans un plus grand vaste vivier travailleurs qualifiés, dit-il. «Nous aimerions profiter de ces potentialités et ainsi aligner les normes de service à nos normes au Marriott.

Toutefois, le Marriott Kigali aura pour objectif d'embaucher un aussi grand nombre de Rwandais que possible pour répondre à ses quelques 200 postes à pourvoir dans les années à venir, a déclaré Strachan.

«Il est important que les visiteurs jouissent d’une rencontre avec la population locale et d'interagir avec elle », dit-il.

« Deuxièmement, nous faisons partie d'une stratégie plus large qui vise à créer des emplois et des revenus pour l'économie locale, [donc], il est important que nous embrassons cette stratégie et investissons dans la population locale. »

L'investissement dans la population locale est l'espoir des Rwandais comme le dit Gisèle Bahati, une étudiante en accueil de 20 ans à l'Institut Akilah pour les femmes. Elle espère commencer sa carrière dans un hôtel comme l'hôtel Marriott.

Détentrice d’un certificat d’étude secondaire, elle ne pouvait pas trouver un emploi depuis plus d'un an, alors qu'elle s’est mise à  aider le voisinage. Ce qui ne ramene à Bahati aucun revenu. Certains de ses amies ont trouvé un emploi en tant que nettoyeuses des rues, avec un salaire de 40 $ par mois - soit un peu plus d'un dollar par jour.

« Puis, quelqu'un m'a parlé de Akilah, dit-elle. «J'ai passé l'examen anglais et obtenu une bourse pour aller à l'école ».

Sans la bourse qu’offre Akilah à ses étudiantes, Bahati dit qu'elle n'aurait pas pu assister à ces cours.

«Mon rêve est maintenant d'avoir ma propre entreprise ou de gérer de nombreux hôtels, a-t-elle révélé.

Selon le fondateur de l'école Elizabeth Davis, les jeunes femmes comme Bahati seront en mesure d'atteindre les salaires de 200 $ à 800 $ par mois avec une formation professionnelle en accueil.

Elles ont juste besoin d'avoir l’opportunité.

Opportunité et espoir pour ce rêve étaient vivants dans la classe d’Irène Kayonga. Les visions de ses étudiantes sont bien visibles sur couvertures de magazines en couleurs disposés sur les pupitres en bois.

« Que dit votre titre, demande Irene à une jeune femme dans le coin gauche de la pièce ? »

« Il dit, répondit-elle, tout en ramassant les papiers pour montrer la classe.
«Se sortir de la pauvreté. »

 

2010 Elections

Image1 Image2 Image3 Image4 Image5 Image6 Image7

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner