Mensonge et manipulation: Noble combat du Prix Nobel Mukwege, mais pollué de populisme et de la paranoïa

Dr Mukwenge est l’homme providentiel pour les femmes en détresse du Kivu. Il les a rendues la dignité humaine perdue et il se veut leur porte-parole. Mais ses analyses politiques tronquées et ses discours devenus  populistes vont étouffer son œuvre.  

Le travail accompli par Dr  Mukwege auprès des femmes du Kivu, est une œuvre hautement remarquable et très apprécié non seulement par les victimes mais par tout être humain animé par le «  Ubumuntu ».

Il est fort louable que Dr Mukwege soit au service de son pays et surtout au service de l’humanité au moment où les femmes de la RDC et celles des pays voisins, traversaient et traversent encore un terrible drame humain. Dr Mukwenge a été l’homme  providentiel pour les femmes qui ont survécu aux crimes inimaginables qu’elles ont subies. L’engagement envers les femmes en détresse de Dr Mukwenge lui a valu l’admiration du monde entier et son Prix Nobel de la Paix bien mérité, l’a sacré l’homme le plus honorable et le plus crédible de la RDC.

C’est pourquoi toute déclaration publique de Dr. Mukwege peut être une source de paix dans la région mais aussi elle peut être une cause de déclenchement d’autres catastrophes comme on les a connus dans la région. Malheureusement de plus en plus les positions et les affirmations politiques tenues par notre humaniste, tendent à jeter de l’huile sur le feu en RDC et dans la région encore sensible sur le plan sécuritaire.                                                         

Les FDRL, Les Maï-Maï, et autres rebelles dans la province

Dr Mukwege milite entre autres contre les hommes qui commettent les crimes inhumains contre les femmes notamment dans sa province du Kivu. Alors que les auteurs de ces actes ignobles sont connus, Dr Mukwege tourne les yeux ailleurs, et comme Don Quichotte, il pointe du doigt vers des faux ennemis.

L’utilisation du viol comme arme de guerre a été utilisé au Rwanda en 1994 comme une des armes massives de génocide. Les génocidaires, auteurs de ces crimes, après avoir perdu la guerre, ils ont été accueillis à bras ouverts au Kivu par les autorités congolaises et ils ont continué à commettre leurs crimes contre la population congolaise.  En collaboration avec les services de sécurité  congolais, ainsi que les différents groupes rebelles congolais, ces criminels ont atrocement violé les femmes, pillés et massacrés la population partout sur leur passage. 

Il est étonnant que dans ses analyses politiques, Dr Mukwenda oublie les principaux auteurs de crimes dont ont été victimes ses clientes. Comment va-t-il les combattre sans les mentionner ?

Dans certaines de ses déclarations, il ignore certaines victimes dans leurs douleurs abominables pour condamner plutôt les hommes qui les protègent contre ces hordes des malfaiteurs ? En restant incessible aux souffrances de femmes Banyamulenge, préférerait-il certains groupes ethniques à d’autres ? Les femmes Banyamulenge pourront-elles aussi bénéficier de son assistance ?

Pourtant avant que la vocation politique naisse en lui, on reconnaissait en Mukwege, le MEDECIN.

Le « Mapping report », le dada de Dr Mukwege

Dans son ascension, Dr Mukwege a fait du « Mapping report » l’instrument de sa bataille qui fera tomber tous ces ennemis. Pourtant le « mapping report » est un roman comme savent bien le faire les gens qui sans gêne se déclarent experts, et qui savent exploiter ce titre au bon moment, surtout quand il s’agit de l’Afrique.                                                              Dr Mukwege, ferait mieux de trouver un autre support de bataille, car le « mapping report » est loin d’être un document dans lequel il trouvera des arguments pour défendre sa cause, si cause il y a. Le document ne contient pas des chiffres précis, ni des arguments pour prouver la vraie raison derrières certains actes considérés comme des crimes ou de génocide.

Par contre un pays comme le Rwanda, peut justifier les actes politiques, juridiques et sécuritaires qui sont derrière les actes signalés dans le « mapping report ». Pourquoi lors de leur réunion à Paris, ses coéquipiers n’ont-ils pas demandé à la France quel est le pays qui a armé les génocidaires rwandais à Goma alors qu’ils étaient officiellement réfugiés ?  Peut-il s’informer sur la stratégie militaire de ces fuyards en ce qui concerne la prise de réfugiés comme otages et leur utilisation comme chair à canon ?

Dr Mukwege ferait mieux de lire attentivement ce rapport et surtout de consulter les divers commentaires  sur ce rapport qui ont été émis par d’autres experts. Il comprendra mieux pourquoi, le rapport reste enfermé dans le tiroir, comme il aime le dire.

Populisme : Dr Mukwege dit NON à la balkanisation du Congo

Début juillet cette année, la ville de Bukavu s’est réveillée avec un nouveau drapeau qui flottait sur quelques bâtiments et les tracts circulaient contenant la liste du gouvernement de la République du Kivu dont Dr Mukwege comme président. Il est vrai que ce dernier a fait un communiqué pour dénoncer cette blague de mauvais goût.

Mais avant cet incident matinal de Bukavu, Dr Mukwege est parmi les personnalités congolaises qui brandissent la balkanisation comme un épouvantail pour faire du populisme en se montrant nationaliste. La meilleure stratégie est de faire peur à la population, qui aime son pays. Mukwege  partage cette stratégie de balkanisation avec tous les politiciens malheureux qui n’ont pas pu se faire une place dans le gouvernement après les élections.

Dans ce monde moderne tous les pays qui ont le gros bon sens, privilégient et œuvrent pour la politique de l’intégration. Il en va de même pour les groupements des pays de la région, tels que l’EAC, la SADC,  l’Union africaine etc., qui de plus en plus encourage cette stratégie qui pourra favoriser la coexistence pacifique entre les pays, et favorisera l’intégration politique et économique dans ce monde où l’interdépendance devient la règle.

Et c’est dans ce cadre qu’il faut rappeler à Mukwege  que le Rwanda soutient l’admission de la RDC au sein de la Communauté Economiques des Pays de l’Afrique de l’Est. Ce serait de loin stratégiquement plus intéressant que la balkanisation.                                                         

Mais les gens qui veulent se rendre populaire, prennent le chemin le plus court, celui de faire peur et de mentir à la population pour se rendre victimes et mieux se faire aimer. Pour se lancer dans ces genres de polémiques préfabriquées, Dr Mukwege n’est certainement plus satisfait de l’important rôle qu’il joue auprès de ses malades, il aspire à jouer un autre rôle encore plus important.

De la simplicité à la paranoïa

Dr Mukwege vient d’alerter le monde par divers medias, qu’il est menacé de mort. Cette déclaration a été faite après une visite de deux notables Banyamulenge qui voulait lui expliquer à propos des injustices dont leur communauté est victime. Ils lui ont signalé  le cas des femmes Banyamulenge violées sauvagement et finalement massacrées,  il y a de cela trois mois. Les deux visiteurs ont été choqués par le manque d’empathie de leur interlocuteur et qui n’a montré aucun intérêt pour cet incident.

Après cette rencontre, Dr Mukwege s’est précipité pour annoncer aux médias du monde qu’il est menacé de mort. Ces alertes ont plutôt tendance à se faire important qu’à se protéger.  Car elles sont exagérées et loin de la réalité.

C’est ainsi que dans ses déclarations passées, il avait annoncé qu’un ancien chauffeur de l’ambassade du Rwanda en Belgique, était envoyé en 2012 pour l’assassiner. Après vérification l’unique ancien chauffeur rwandais qui a travaillé pour l’ambassade, vit en Belgique et il ne sait même pas utiliser un lance-pierre. Il a monté cette histoire du chauffeur de l’ambassade à Bruxelles, car cela donne une certaine importance et c’est plus difficile à vérifier.

La menace de mort dont  Dr Mukwege est victime peut être réel, pas seulement pour ses déclarations politiques, mais aussi pour les biens qu’il possède au sein d’une population démunie. Mais en déclarant ces menaces publiquement et le plus souvent possible, cela lui donne plus d’importance et contribue à augmenter sa popularité et son capital de sympathie.

Nous espérons que Dr Mukwege ne terminera pas comme Madame Aung San Suu Kyi de Birmanie qui, après avoir reçu son prix Nobel,  elle a tourné casaque en oubliant pourquoi ce prix lui a été attribué. [ Source : www.rwanda-podium.org/] (Fin)

Please follow and like us: