Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

La FAO a lancé un projet doté de 286 millions Frw pour renforcer l’impact des travaux publics et sortir plus de bénéficiaires de la pauvreté

E-mail Print PDF

Le Représentant de la FAO, Attaher Maiga

Kigali: La FAO et le MINALOC ont lancé dans quatre districts un projet de renforcement de l’impact des travaux publics afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires sortant de la pauvreté, selon le Représentant de la FAO au Rwanda, Attaher Maiga.

«Le projet est doté de 286 millions Frw et il a une durée de 18 mois. Il veut renforcer la synergie entre la protection sociale et l’agriculture. Il veut éradiquer l’insécurité alimentaire, mettre fin à la faim et à la pauvreté. L’expérience montre que les pays qui ont avancé dans ce processus sont ceux qui ont mis le plus l’accent sur la protection sociale. Raison pour laquelle nous privilégions une agriculture orientée sur une bonne nutrition», a-t-il indiqué.

Il a rappelé que trente secteurs dans le pays bénéficient du paquet minimum d’aide émanant de la Société Civile et des partenaires œuvrant en synergie.

Groupe photo des participants

Un réel progrès a été constaté dans ces secteurs qui bénéficient d’appuis cordonnés. C’est cette expérience qui sera poursuivie dans la mise en œuvre et de façon durable.

Le Représentant Maiga a informé que ce projet sera mis en œuvre dans quatre districts qui sont Nyabihu, Rubavu, Gakenge et Rulindo.

Pour la Secrétaire Permanente au Ministre de l’Administration Locale (MINALOC), Odette Uwamariya, ce projet arrive pour compléter d’autres initiatives en place depuis 8 à 9 ans et qui sont liées à Girinka, distribution du petit  bétail aux vulnérables, Ubudehe, etc.

Pour ce qui est de l’agriculture, l’on appui le fermier en fruits et intrants agricole. L’on a dispensé des formations pour amener le petit fermier à travailler de façon plus professionnelle.

«L’essentiel est que le fermier s’approprie le projet et travaille avec vitesse, en économisant sur le peu reçu et en initiant d’autres petits projets à revenu et très productifs. C’est dans cette voie que l’on peut émerger progressivement de la pauvreté», a-t-elle dit.

Elle a ajouté que le vulnérable qui reçoit une vache peut la vendre en cas de grave disette, parce qu’il n’a pas d’autres ressources. Mais appuyer un vulnérable en lui donnant une vache, un mouton, un porc et une chèvre à la fois est une bonne solution. Car, en cas de besoin urgent, il vendra la chèvre et non pas la vache.

C’est pour cela que l’appui donné au vulnérable doit être coordonné et suivi avec un meilleur contrôle. Ceci aide réellement le vulnérable à émerger de la pauvreté surtout quand ses capacités ont été suffisamment renforcées.

Il y a un mécanisme qui utilise les ICT pour vérifier que le bénéficière reçoit son aide et à temps. Le MINALOC et LODA recourent à cette voie pour faire le contrôle. Des dirigeants locaux sont aussi de plus en plus responsables. Car, ils savent que les défaillances sont rapportées par la population attachée à la défense de ses droits.

Après trois ans, une évaluation sur la vie des ménages est réalisée par l’Institut des Statistiques. Elle permet de constater les progrès encourageants réalisés, a-t-elle poursuivi. (Fin)

 

 

2010 Elections

Image1 Image2 Image3 Image4 Image5 Image6 Image7

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner