Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

L'éradication de l'idéologie du génocide est un combat continu

E-mail Print PDF

Kigali: Le message a été donné par la présidente de la Chambre des Députés au Parlement du Rwanda, Donatille Mukabalisa, lors  des cérémonies pour la 24ème commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi, tenues à Nyanza, Kicukiro, en mémoire des Tutsi tués sur la colline de Nyanza à Kicukiro après avoir été abandonnés aux tueurs dans  l'ancienne Ecole Technique Officielle de Kicukiro (Actuellement Rwanda Polytechnic, campus de Kigali) par des troupes belges servant dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Rwanda (MINUAR).

Elle a déclaré: «Pour lutter contre l'idéologie du génocide, nous devons constamment continuer la lutte parce que certaines personnes pervers, y compris des Rwandais, ne sont pas encore débarrassées du mal et enseignent toujours le divisionnisme en prêchant la haine à leurs enfants.

Nous devons combattre ceux qui nient et banalisent le Génocide perpétré contre le Tutsi par tous les moyens possibles. Nous n'avons pas à attendre ce qu'ils ont dit, nous devons plutôt en premier lieu raconter nous-mêmes la vraie histoire.

Elle a condamné la lâcheté qu’ont manifesté ces troupes lorsqu'elles ont abandonné plus de 2000 Tutsi dans les mains des tueurs sachant qu'ils n'avaient pas d'autre secours.

Les rescapés du massacre de cette école racontent qu'ils s'y étaient cachés alors que les Interahamwe l'entouraient. Ils ont demandé aux troupes de rester avec eux; ces dernières ont refusé et ont plutôt fait leurs valises et ont commencé à se retirer de là.

Dès la sortie des troupes, les Interahamwe sont entrés et ont commencé à les couper à coups de machettes et de massues clouées. Ils les ont ensuite mis en ligne et les ont emmenés à Nyanza sur les ordres du colonel Leonidas Rusatira. Sur le chemin vers Nyanza, ils étaient battus, torturés et certains d'entre eux ont même été tués avant d'atteindre la colline de Nyanza où ils ont été massacrés.

Elle a salué le courage de ceux qui ont risqué leurs vies pour sauver les Tutsi, y compris le Capitaine Mbaye Diagne, un officier sénégalais qui servait sous la MINUAR et qui s'est efforcé de sauver les Tutsi jusqu'à ce qu'il soit tué. « Si nous avions beaucoup de gens comme le capitaine Mbaye, qui a risqué sa vie, nous aurions plus de rescapés ».

Les activités de commémoration de ces victimes ont débuté par une marche commémorative qui a débuté depuis l'école polytechnique du Rwanda, le Campus de Kigali (anciennement ETO Kicukiro) jusqu'au Mémorial du génocide de Nyanza. C'est le même chemin que les victimes ont traversé vers la colline de Nyanza où elles ont été massacrées. Sur le chemin, ils étaient battus, tués et torturés.

Des fleurs ont été placées sur les tombes du mémorial de Nyanza où plus de 11 000 victimes sont inhumés.

Dans ses témoignages, David Kwitonda, sauvé par des soldats du FPR qui l’ont récupéré dans les cadavres à Nyanza, a réitéré la sauvagerie endurée par les Tutsi tués sur ce site avant d'atteindre Nyanza où les tueurs ont commencé par lancer des grenades parmi eux et ensuite  les couper avec des coups de machettes pour tuer ceux qui n'avaient pas été tués par des grenades.

Dans un exposé qu'il a fait, le Dr Diogène Bideri, conseiller juridique principal à la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG), a mis l'accent sur le rôle de la communauté internationale dans le Génocide perpétré contre les Tutsi. Il a expliqué que la MINUAR avait été envoyée au Rwanda sans tenir compte des massacres perpétrés par le régime de Habyarimana depuis 1990 alors que les organismes des  droits humains internationaux d'Europe et d'Afrique qui avaient  enquêté en 1993 sur les massacres commis par ce régime sur proposition des associations rwandaises des droits de l'homme avaient conclu dans leur rapport que ces massacres constituaient un génocide qui était perpétré contre les Tutsi.

Dans ses témoignages, Karamaga Thaddée, ancien caporal des forces armées rwandaises (FAR) , aujourd'hui Protecteur du pacte de l'amitié, a démontré comment la haine contre les Tutsi était enseignée aux soldats avant 1994, où des militaires et des officiers Tutsi étaient persécutés par leurs collègues Hutu.

Le professeur Jean Pierre Dusingizemungu, président de l'IBUKA, a rappelé aux pays de fermer le refuge que certains d'entre eux accordent aux commanditaires et auteurs du génocide  commis contre les Tutsi et de les juger ou de les extrader au Rwanda dans l'intérêt du droit et de la justice. (Fin)

 

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner